Le rire comme antidouleur

Le rire : un antidouleur puissant

La douleur représente aujourd’hui 60% des motifs de consultations médicales. Pourtant un moyen simple et agréable contribue à lutter contre la douleur : notre rire !

Non pas rire de nos douleurs mais rire pour les combattre : oui c’est possible !

On a déjà tous entendu que pour soigner un enfant qui venait de tomber, il faut le faire rire !

On dit même qu’une augmentation significative de la tolérance à la douleur a été notée jusqu’à 30 minutes après la projection d’un film humoristique.

Voyons alors quels mécanismes rentrent en jeu dans ce bienfait incroyable : Le rire agit sur la douleur, par quatre mécanismes :

– La douleur est souvent désespérante, parfois même angoissante, et désagréable. C’est pourquoi le rire arrive en nous changeant les idées, et en fixant notre attention sur autre chose à réduire notre perception de la douleur et à anesthésier partiellement la douleur.

– La douleur est souvent accompagnée d’une tension musculaire, c’est-à-dire d’une contracture des muscles de la zone blessée. Le rire, par action avec le système parasympathique, réduit cette tension, allant jusqu’à faire disparaître la douleur.

– Le rire stimule la production cérébrale de catécholamines (hormone de l’éveil), qui permettent l’augmentation de la production d’endorphines (morphine naturelle). Les endorphines existent dans l’organisme, mais le rire, au même titre qu’un sport, renforce la production d’endorphines. La grande utilité des endorphines dans l’organisme sont de diminuer la douleur ; avec le rire, leur taux augmente, et la douleur diminue, puis cesse. D’ailleurs, après un fou rire, on n’a plus autant mal qu’avant le rire. Les catécholamines (adrénaline et nor-adrénaline) quant à elles, jouent un rôle important dans le processus inflammatoire. En effet, plus leur taux augmente dans l’organisme, plus elles arrivent à lutter contre l’inflammation, qui est parfois responsable de douleurs. Grâce au rire, les douleurs inflammatoires sont éliminés naturellement. Les endorphines ont tous les avantages des substances antalgiques, sans avoir les invonvénients des produits chimiques injectés.

– Le rire modifie l’attitude de chacun sur la douleur. En effet, l’importance de la douleur dépend en partie de l’importance qu’on lui accorde, mais aussi de la personnalité, de la culture, de l’environnement. Le rire contribue à redonner la joie de vivre et une attitude positive et optimiste sur la vie, et indirectement la vision de l’individu sur sa douleur.

Merci à Docteur-Sourire Lorraine pour ce bel article ❤

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s